cie à table
Compagnie à table > Créations > Archives > A Silver Factory - 2019
<p>photo Chen-Kang Wang</p> <p>photo Chen-Kang Wang</p> <p>photo Chen-Kang Wang</p>
Diaporama

En 2018-2019, Clara Le Picard s’est lancée dans un chantier autour de la Silver Factory d’Andy Warhol dans ces deux lieux emblématiques de création que sont le 104 et la Ménagerie de Verre. L’image d’Andy Warhol traverse notre présent pour le questionner et le mettre en perspective. Entre évocation et re-enactement, elle a créé un diptyque : Open House ( création pour les 35 ans de la Ménagerie de Verre- novembre 2018) et A Silver Factory ( au CentQuatre février 2019- en tournée).

*****
A SILVER FACTORY : disponible à la tournée

texte, mise en scène, scénographie et lumière Clara Le Picard
avec Valentine Carette et Frank Williams
régie générale Guilhem Jeanjean
conseil chorégraphique années 1960 Marie-Charlotte Chevalier
compositions musicales originales Frank Williams, Valentine Carette, Jeanne La Fonta

durée : 65 minutes

Lola et Jacques vous invitent à leur "cabaret-enquête" sur la Silver Factory d’Andy Warhol. Ils vous racontent la grande aventure, en rejouent des épisodes, réinterprètent des chansons qui en parlent et vous font vivre une plongée dans cette utopie des années 1964-1969 new yorkaises dont les oeuvres peuplent notre quotidien.

avec des chansons de David Bowie, John Cale et Lou Reed, Petula Clark, Judy Garland, Bob Dylan, Rolling Stones, Velvet Underground

********************************************************

Qu’est-ce que La Silver Factory ?

La Silver Factory est le deuxième atelier d’Andy Warhol à New York. Ouvert de 1964, Andy l’a fait recouvrir d’aluminium et peinture argenté. Au 5e étage d’un immeuble de la 47e rue, d’une surface de 450 mètres carrés, Andy Warhol et ses assistants travaillaient aux sérigraphies dans une partie de l’atelier et laissaient le reste de l’espace aux gens de passage. C’est là qu’Andy Warhol a rencontré ces personnes qu’il a transformées en « superstars » dans ses films tournés sur place : Edie Segwick, Baby Jane Holzer, Gerard Malanga, John Giorno...
Quand il a décidé de produire le Velvet Underground en 1966 et 1967, la Silver Factory est aussi devenue un lieu de répétition. S’y sont déroulés des fêtes, des vernissages.
La Silver Factory est vite devenue un lieu incontournable de l’underground new-yorkais, l’endroit où être vu. C’est encore le temps de l’utopie, la fin de la Silver Factory a été assombri par des overdoses, des suicides. Lorsqu’Andy a dû déménagé pour un espace plus vaste, Valérie Solanas a essayé de l’assassiner. Les années 1964-68 sont donc celles de l’émergence d’un nouveau mouvement artistique, le pop art, et la recherche d’une autre manière de laisser les œuvres advenir, l’utopie d’un lieu collectif de création.
******************************************************** production Compagnie à table • coproduction Théâtre Joliette - Scène conventionnée pour les expressions et écritures contemporaines - Marseille, La Ménagerie de Verre - Paris • avec le soutien duCentQuatre Paris, du Théâtre Antoine Vitez - Aix-en-Provence, de Montévidéo - Centre de créations contemporaines à Marseille, L’Entrepôt - Avignon, et de la Ville de Marseille, de la Région SUD-PACA et de la DRAC PACA
Résidences au 104, Paris du 4 au 19 septembre 2017, du 26 au 3 mars 2018, du 30 avril au 12 mai 2018, Sorties de résidence le 1er mars à 16h , le 10 mai à 16h. Résidences de création Ménagerie de Verre, Paris, mai 2018, octobre 2018, Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Pce

Diffusion : CentQuatre, Paris, du 4 au 7 février 2019 L’Entrepôt, Avignon, du 17 au 21 juillet 2019
Théâtre Joliette-Minoterie (13), 19-22 novembre 2019
Théâtre Antoine Vitez, Aix-en-Provence, 14 janvier 2020

critiques

Revue de presse :
A Silver Factory, en tournée au Théâtre Joliette-Minoterie, Marseille
"Le vibrant souvenir d’Andy Warhol a hanté la scène du théâtre de la Joliette avec celui de la Silver Factory, l’usine d’argent, qu’il a installée le 28 janvier 1964 au 5e étage de la 47e rue à New York. (...) sans nostalgie, Clara Le Picard se place résolument du côté de la modernité. (...) C’est une époque prolifique que fait revivre ce spectacle avec ses réussites, et ses blessures. Sans nostalgie, mais avec envie." Zibeline. C. Bourgue

A Avignon au théâtre de l’Entrepot (juillet 2019)

"Enorme coup de coeur Cinémaradio" Cinémaradio/ciné parler B. Léon

"Une Utopie Révolue ? On entre et parmi des cubes lumineux, quelques instruments de musique, deux micros, des scotchs blancs au sol figurant quelconque séparations, peut-être le plan d’un lieu qui n’existe plus, et des néons attendent Valentine Carette et Frank Williams et papotent. Ils sont là en leur nom et rien n’a besoin de s’emparer de je ne sais quel mystère là où il n’est plus question d’illusion. La scène est un plan d’immanence où les deux comédiens se souviennent, se questionnent et rejouent des œuvres de la Silver Factory, lieu créé par Andy Warhol et existant de 1964 à 1968. Comme il n’est plus question d’illusion, il n’est pas non plus question de dramatique proprement dite. C’est une forme qui se regarde avec douceur. Il n’y a aucune volonté d’effet sur le spectateur. Il n’y a pas cette performativité partout exhibée, ce jeu d’acteur « m’as-tu vu » qui veut montrer de quels actes de bravoure dramatique il ou elle est capable. Non. Valentine et Frank sont là comme nous, on aurait pu être là. Et ils racontent. Ils racontent ces quatre ans de ce lieu d’utopie et racontent leur souvenirs et leurs recherches. Entre les mots, ils rejouent des films que Andy Warhol a fait ou rechantent les chansons qui s’y sont produites. Se dessine un « biopic d’un lieu et son utopie ». La finesse de l’écriture dramaturgique de Clara Le Picard consiste dans le fait que la scène, la narration, le chemin que les deux comédiens font dans cette heure à travers ces quatre ans révolus, dédouble quelque part le chemin de la Silver Factory. Le rapport documentaire que l’on pouvait d’abord prendre pour un bavardage sans intérêt fait d’opinions et de lectures qu’on aurait très bien pu faire sans eux, gagne en réel et produit un effet théâtral lorsqu’on arrive à la fin de la Silver Factory. Valentine Carette se dégonfle de fatigue, la scène se dilate, quelque chose ne tient plus. Trop est trop. Et Warhol veut faire de la thune. Il quitte l’atelier pour un plus grand et c’est la fin. Plus d’argent pour Andy, la moitié des amis morts ou en psychiatrie ou les deux… On replonge donc avec Valentine et Frank, deux présences adorables, dans une effervescence passée. (...)" Insensés-scenes.net M. Schwind

A Silver Factory, création 2019 au CentQuatre (Paris)
"Mi-biopic, mi-documentaire, « A Silver Factory » offre la possibilité de revivre par procuration l’ambiance de la Factory. Les plus jeunes y apprendront la petite histoire qui a contribué à la grande histoire du rock, les plus vieux réécouteront l’histoire avec un plaisir non-feint. » I/O Gazette A. Santacroce

"Avec le duo dynamique que forment l’explosive actrice et chanteuse Valentine Carette et le compositeur-musicien-acteur pomme d’amour Frank Williams, elle nous fait entrer dans la Factory, l’antre d’Andy Warhol. Elle le fait avec ses deux complices via le prisme de la musique, des artistes et des hits contemporains de l’aventure. » Médiapart., Jean-Pierre Thibaudat,

 

Cie à table - 31 rue Saint Bazile 13001 Marseille - clp(arobase)compagnieatable.com -