cie à table
Compagnie à table > présentation

Psyché Tragédie-ballet 1671

***

Pièce de Molière, Texte de Molière et Corneille, Partitions perdues de Lully,

Mise en scène, adaptation, scénographie, costumes et accessoires : Clara Le Picard

Création musicale : Jeanne-Sarah Deledicq

Distribution en cours

Production : Compagnie à table Co-production (en cours) : Scène 55 (Mougins)

*****************************************************

Synopsis

Une jeune compagnie de théâtre répète Psyché de Molière. Les comédiens interprètent tour à tour les personnages pour donner des éclairages différents, tandis que le metteur-en-scène, manipulant à vue une maquette des décors de Psyché, évoque ce qu’était un spectacle à l’époque de Louis XIV.

Psyché - argument : Psyché, la plus belle des femmes, a rendu jalouse Vénus. Pour la punir, celle-ci charge Amour, son fils, de rendre Psyché amoureuse d’un monstre. Mais Amour, pour la première fois, devient amoureux lui-même et désobéit.

Thématiques abordées : La mythologie La Jalousie L’autorité / L’obéissance / Le libre-arbitre Devenir adulte La vie à la cour de Louis XIV : les désirs du roi, la place des courtisans, celle des artistes

******************************************************* Note d’intention :

De ma formation de scénographe, je garde le goût pour le spectacle en train de se faire, pour l’agitation silencieuse des équipes techniques en hors-champ, et j’ai envie de rendre hommage à cet artisanat, à ces corps de métier sans lesquels aucun spectacle n’existerait. Nous voyons donc une jeune troupe aux prises des enjeux d’une mise-en-scène. Il s’agit de Psyché, tragédie-ballet commandée en dernière minute par Louis XIV pour le Carnaval de 1671. Dans l’urgence, Molière a dû faire appel à Corneille pour finir à temps la versification. Le conte de Psyché a été réécrit par La Fontaine l’année précédente et a un regain de succès. La cour de Louis XIV connait l’histoire, Molière se focalise sur les enjeux psychologiques : Psyché devient une femme capable du plus grand héroïsme par amour, Vénus est en proie aux affres de la jalousie et de la peur de vieillir, les soeurs de Psyché sont dévorées par l’amertume et deviennent des personnages de farce, les prétendants sont épris du sentiment d’amour ou peut-être d’eux-même, Amour s’affirme dans sa liberté et accède à l’âge adulte. Précurseur de la psychanalyse, Molière offre un portrait viscéral des affres humains. Dès que c’est Corneille qui est l’auteur, les conflits sont sociaux, davantage diplomatiques ou au prise des lois du temps. Cette double écriture ouvre des axes d’interprétation riches. Le livret perdu de Lully nous permet d’imaginer les musiques “à la manière de” mais avec une écriture contemporaine et les danses des intermèdes musicaux font autant de respirations dans l’intrigue. Je n’aime pas le quatrième mur, assister à une histoire comme au cinéma. Le théâtre permet de voyager dans les fictions, celle de Psyché, croisée à celle d’un metteur-en-scène tentant de redonner vie au théâtre à l’époque de Louis XIV. Ce retour à un artisanat visible permet aussi une évocation de la troupe de Molière, telle qu’on la connaît à travers les films historiques, où le hors-champs est aussi important que le spectacle sur scène, une évocation de la vie de la cour à Versaillles. Les questions de l’obéissance, l’autorité, le libre-arbitre, ainsi que celle de la toute-puissance, restent pertinentes dans notre démocratie et notre époque d’aléas politiques.

Si Molière s’est amusé, par l’entremise de la mythologie, à évoquer les incartades amoureuses de Louis XIV ou ses moments de colère, aujourd’hui le texte, par son caractère composite, nous distrait et nous éduque, la liberté et l’insolence de Molière nous concernent toujours.

 

Cie à table - 7 rue Fortia 13001 Marseille - clp(arobase)compagnieatable.com -